TelKel
TelKel

TelKel

World Réunion

Player Audios

TelKel
Play all

TelKel

Année : 2012

Suite

2 - Ti kafrine

Add to playlist Play

3 - Po ou

Add to playlist Play

12 - Respire

Add to playlist Play

13 - KapKap

Add to playlist Play

TelKel

Biographie de TelKel

1.    ELLE   Elodie, originaire de Saint Pierre (Réunion) a vécu à Grand-Bois, (attention à Grand-Bois « les hauts », elle y tient) entourée de sa famille, (oncles, tantes et grand-mère). Elle est bercée depuis son jeune âge par la musique. Ses oncles montent un groupe qui ...

1.    ELLE

 

Elodie, originaire de Saint Pierre (Réunion) a vécu à Grand-Bois, (attention à Grand-Bois « les hauts », elle y tient) entourée de sa famille, (oncles, tantes et grand-mère).

Elle est bercée depuis son jeune âge par la musique. Ses oncles montent un groupe qui s’illustre pendant l’époque des bals : les « devils song ». Ils jouent aux quatre coins de l’île. Parmi eux, Jo Lauret et Max Lauret, deux grandes figures de la musique réunionnaise. L’un crooner, l’autre ségatier, Elodie évolue alors entre chansons à danser et chansons à pleurer. Les fêtes de famille s’apparentent plus à un concert tant la musique est présente, harmonieuse et vivante. Tout le monde chante !

Sous l’impulsion de sa famille, Elodie se retrouve très vite sur scène pour accompagner Max Lauret. D’abord danseuse, elle évolue aux cotés de son oncle sur les scènes de l’île jusque tard dans la nuit. Seulement âgée de 8 ans, elle danse déjà sur les scènes de boites de nuit. Dans le même temps elle commence l’apprentissage de la guitare avec Max. Mais Elodie ne se sent pas encore prête à rester sur une chaise et à enchainer ces notes qui font terriblement mal aux doigts à l’heure où les autres enfants jouent et s’amusent dehors.

Pour autant, le goût de la scène, Elodie l’a toujours et le cultive encore un peu plus avec ses cousins et cousines dans son premier groupe  « Ban les hauts » à l’âge de 10 ans. C’est le début de son histoire avec la musique. De sa maison nichée sur les hauteurs de Grand-Bois, on entend surtout du séga, du seggae, mais aussi du rock des années 70… Les répétitions s’enchainent car Ban les Hauts est attendu sur les scènes de Gran-Bois et de Saint-Pierre… Encore enfants, les chemins de vie des cousins et cousines, les études et les goûts finissent par avoir raison du groupe après quelques prestations. Elodie met alors fin à l’aventure « Ban les hauts ».

Elle ne délaisse pas la musique pour autant ou la musique ne la laisse pas s’échapper. De simple danseuse de Max, elle devient aussi choriste : elle prend conscience de sa voix et du travail que cela demande… elle apprend à la placer, à respirer, à poser les deuxièmes voix.

Arrivent les années lycée, ou Elodie laisse quelque peu les musiques traditionnelles réunionnaises (séga, maloya) pour écouter de plus en plus le rock et la pop rock. Son frère, grand fan de « Téléphone » l’initie au son des guitares électriques et textes revendicatifs et engagés. Ses cousins et oncles autour d’elle se baladent toujours une guitare à la main. On y revient, difficile d’y échapper… A 15 ans, elle décide seule, d’acheter sa première guitare alors même qu’elle ne sait pas jouer. Mais maintenant c’est elle qui décide d’apprendre. De Tracy Chapman à Led zeppelin elle égraine ses premiers arpèges.

Les études conduisent Elodie à quitter son berceau familio-musical pour la métropole. Tout est différent : le climat, les gens, la nourriture… Le manque s’installe. Elodie cherche alors à exprimer ses états d’âmes.  C’est naturellement en musique ! Elle écrit ses premiers textes et mélodie sur la nostalgie du pays, les passages à vides, les distances, l’amour…

 

2.    LUI

 

Christophe a grandi et a vécu longtemps à Saint-Joseph (Réunion). La musique est également très présente dès son plus jeune âge. Son père musicien (guitariste et pianiste) côtoie de nombreux musiciens et chanteurs qui vont et viennent dans cette maison de Saint-Joseph.

Christophe est bercé depuis très jeune par les chansons de Cabrel. Il observe souvent son père avec cette guitare mais n’est pas encore attiré … C’est au lycée vers 17 ans, accompagné d’une bande de dalons, que Christophe à une soudaine envie d’apprendre à jouer de la guitare. Considérée par ses dalons comme une arme indispensable de séduction à cette époque, il veut apprendre à en jouer… et à séduire !

Aidé dans un premier temps par son père musicien, Christophe apprend ses premiers accords sur Roch Voisine et Bob Marley. Il continue son apprentissage de la guitare, à travers les livres de façon autodidacte. Il s’exerce tous les jours au point d’en avoir les doigts en sang ! Son public reste son petit cercle d’amis.

Il observe beaucoup son père et tous ceux qui jouent de la guitare pour nourrir son propre jeu. Si l’objectif de départ était de plaire aux filles avec la guitare, c’est devenu au fil du temps une vrai révélation vers la Musique avec un grand « M » : tout ce qu’il écoute, il cherche à le reproduire à la guitare. Il écoute de plus en plus de styles différents. Il aime profondément la musique. Lui qui cherchait à séduire, c’est laisser séduire par la musique.

Sa route croise alors celle d’Elodie ! C’est avec elle qu’il apprend à poser sa voix sur les musiques qu’il reprend (Cabrel, Tracy Chapman, Ben Harper…). Une complicité s’installe entre ces deux passionnés.


A l’âge de 21 ans, Christophe plus à l’aise avec la guitare, compose sa 1ère chanson « Ti Kafrine » quand un dalon, Jérôme, commence à poser quelques paroles sur une de ses musiques.

Puis c’est le départ pour la Métropole pour poursuivre ses études. C’est là-bas qu’il achète sa 1ère guitare et continue à partager sa passion avec Elodie. Il rencontre d’autres musiciens avec des univers très marqués.  En jouant avec de nombreux musiciens aux styles très éloignés, Christophe se nourrit de ses rencontres et étoffe son jeu. Il a envie de passer un cap : la scène !

De retour à La Réunion, Christophe découvre la scène en accompagnant son père lors de quelques prestations. Aux côtés de son mentor, il apprend à jouer devant un public et surtout à maitriser son stress.

Plus à l’aise sur scène, il continue la musique avec Elodie et monte son premier groupe –Diapasong. Autour d’un noyau familial et amical, le groupe fait essentiellement des reprises. Faute de temps, Diapasong ne connaîtra qu’une seule prestation et finira par se dissoudre.

Christophe est alors appelé pour remplacer le guitariste dans un autre groupe – Citizen – qui s’est produit plusieurs fois dans des bars.

Il ne délaisse pas pour autant ses propres compositions. Il travaille ses textes et mélodies avec Elodie et nourrit un projet commun…

 

 

3.    EUX

 

La voix d’Elodie trouve la guitare de Christophe. Ils commencent à échanger leurs textes et mélodies, commencent à composer ensemble tantôt sous la plume de l’un tantôt sous les arpèges de l’autre. Plusieurs chansons naissent d’une simple idée, d’une phrase, d’un riff de guitare, d’un souvenir, d’un état d’âme…

Les textes sont portés par les voix d’Elodie et Christophe et d’une simple guitare au départ. L’esprit folk musique se mêle au rythme du maloya. Ce choix est dicté comme une évidence. Leur premier public (famille et amis) les pousse à aller plus loin tant l’expression des sentiments est commune et les mélodies hors du commun. 

De plus en plus encouragés et portés par leurs amis, Christophe et Elodie veulent faire découvrir leur univers musical sans artifice, une musique « telkel ». Aidés d’abord par Jean-Yves PADEAU (percussions) et Steve SAUTRON (Contre basse) du groupe Riskab, puis par David RECHOUZE et Mickaël LEBON, Christophe et Elodie se lancent dans l’aventure « TelKel » en 2009 où ils commencent à jouer dans des bars et font des 1ères parties (JF GANG, Stepp’in Jazz, concerts humanitaires…)


Ils décident alors d’aller au bout de leur projet en décidant de sortir un premier album « TelKel ».  Avec l’aide précieuse de Steve Sautron et Gérald Loricourt, ils travaillent sur les arrangements de chaque titre en gardant à l’esprit cette volonté d’authenticité de fraicheur.

En Septembre 2012, le premier opus du groupe TelKel sort dans les bacs…





+Voir la suite

Galerie photos

TelKel - Galerie PhotoTelKel - Galerie PhotoTelKel - Galerie PhotoTelKel - Galerie Photo
Lancer le diaporama

Interviews de TelKel

Des talents pour demain

> JIR | publié le 17 juin 2012

TelKel "la musique coule de source"

> JIR | publié le 17 juin 2012

TelKel "la musique au naturel"

> Belle Magazine | publié le 02 octobre 2013

Adresses internet de TelKel

Contacter TelKel

Mail :

contact@telkel.re