Steeve Deville
Steeve Deville

Steeve Deville

Afrobeat France Métro

Biographie de Steeve Deville

Savoir Ozé Il a longtemps été, dans l*ombre, le talent derrière la réussite de nombre d*artistes mauriciens. Cet autodidacte d*une grande exigence et créativité a finalement décidé d*oser pour lui-même. Cela donne l*album Ozé dans lequel Steeve Deville relève brillamment le défi ...
Savoir Ozé

Il a longtemps été, dans l*ombre, le talent derrière la réussite de nombre d*artistes mauriciens. Cet autodidacte d*une grande exigence et créativité a finalement décidé d*oser pour lui-même. Cela donne l*album Ozé dans lequel Steeve Deville relève brillamment le défi d*une expression où se conjuguent avec brio jazz, séga et langue créole.

*Ozé* faire de l*art notre étendard sera un grand pas vers, SEGA NU L*AVENIR. L*île Maurice sera comme ENE TI VILLAZE LOINTAIN où il fait bon vivre là où on OZE dire SA NON à la misère, le communautarisme, et la corruption.

On PRAN LE TAN PU VIVE sa passion et atteindre ses ambitions.
Prendre conscience que MIZISIEN ENE METIE à commencer par les musiciens eux mêmes. A travers nos créations NU ANVI ZOUE ene refrain ki fer nu tu santé. Chanter les dangers qui nous guettent comme le BROWN SUGAR, le sida et autres maux de la société.

Un jour viendra, où toutes les PERCUSSIONS DE MON ILE de fusion et de confusion joueront leur Rythm Blues Jazz & Vérité...

Ozé Ozé Ozé!!!

PETIT BIO DE L*ARTISTE

La musique, Steeve Deville est véritablement tombé dedans tout petit. La marmite, c’est son quartier, la Cité Père Laval, où faire résonner de grosses boites de beurre vides ou gratter passionnément sa guitare constitue le grand passe temps des nombreux jeunes rassemblés à chaque coin de rue. A la maison aussi, l’avant-dernier de cette famille modeste de sept enfants baigne dans une atmosphère musicale. Et parmi tous les instruments ramenés par ses frères aînés à la maison, ce sera d’emblée la guitare qui exercera sur lui une fascination dont il parle aujourd’hui encore avec l’accent de cette dévorante convoitise qui nourrit la gourmandise. Car entretemps, il a appris à en jouer, de la guitare. Convaincus que le blues et le coeur de la musique des noirs et que le jazz est l*energie qu’il produit. Ce jazz que Steeve Deville a découvert à l’âge de 14 ans à travers le mythique Black and White Minstrel Show à la télé, ou à travers des émissions de radio. Ce jazz dont-il déplore, chez certains, l’excès d’académisme, lui qui y voit une expression dont la complexité ne sert qu’à mieux faire ressortir un ressenti… Avant d’en arriver là, il y a eu le reggae joué vers l’âge de 11 ans, et les compositions improvisées à partir de trois fois rien. Son intuition musicale, Steeve Deville aura par la suite l’occasion de la roder au cours des années passées à jouer dans le circuit hôtelier, un univers qu’il découvre dans un premier temps fascinant, si différent de sa cité. A travers le Club Med notamment, à Maurice mais aussi en Afrique du Sud et jusqu’en Turquie, il apprend à tout faire : éclairagiste, DJ, animateur, danseur, créateur de décors, voire de spectacles. Mais la musique, la vraie, celle qu’il veut réellement jouer, finit par lui manquer. Répéter toujours la même chose avec des musiciens qui se contentent du connu, il n’y trouve pas son compte. Retour donc sur la scène locale, qu’il va subtilement mais irrévocablement marquer de son empreinte.

En forçant l’innovation d’arrangements inattendus sur le marquant album Zistwar Révoltan de Kaya, qui fera date dans l’histoire musicale locale et bien au-delà. En étant la cheville ouvrière du projet Tandela, singulier album de world mauricienne. Aux côtés de Menwar pour pousser plus loin l’expérience sagaï.

Oser dans tous les sens. Sur le plan rythmique, des accords, de l’écriture, des choeurs. Pour lui. « Oser. C’est le verbe qui a entraîné tout le reste ». Le reste, c’est cinq ans de travail, patient, obstiné, inspiré. Des chansons mûries, rodées dans les pubs et les bars avec les complices qui l’accompagnent, avant d’en arriver à l’enregistrement de l’album. Au final, dix titres où Steeve Deville fait entendre ses aspirations d’amitié, de solidarité, de fraternité, son refus de l’hypocrisie, de la facilité, de la drogue, ses convictions sur la condition d’artiste et de musicien. Laisse exploser la jouissivité musicale de celui que sa guitare accompagne jusque dans son lit. Se confronte au défi de faire jazzer le créole, de trouver une scansion adaptée qui permette aux rythmes particuliers de ces deux langues de se conjuguer pour faire entendre une voix orginale. La voix de celui qui a toujours refusé de se contenter de jouer « La Bamba, My Way ». A sa façon, Steeve Deville a Ozé. Prendre le temps de l’écouter est l’autre pendant de ce pari qui se découvre, sans esbrouffe, dans la stimulante vérité du plaisir partagé…

+Voir la suite

Adresses internet de Steeve Deville

Derniers commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire !

+Plus de commentaires

Artiste similaire à Steeve Deville