M' Toro Chamou
M' Toro Chamou

M' Toro Chamou

World / Rock / Blues Mayotte

Player Audios

M' godro street
Play all

M' godro street

Année : 2011

Suite

01 - Ritawalé

Add to playlist Play

M' godro street

Bwé foro

retour aux sources

Biographie de M' Toro Chamou

      M' Toro Chamou est né à Mayotte, département d' outre-mer situé dans l' archipel des Comores. Une îles en mutation depuis son appartenance à la France également et pleine de controverses.  Chanteur, auteur, compositeur et guitariste , il est une des figures emblématique de la ...

 

    M' Toro Chamou est né à Mayotte, département d' outre-mer situé dans l' archipel des Comores. Une îles en mutation depuis son appartenance à la France également et pleine de controverses. 

Chanteur, auteur, compositeur et guitariste , il est une des figures emblématique de la musique Mahoraise. Dont la musique et le message marquera à tout jamais Mayotte.

Sa musique est un mélange de traditionnelle avec le M' godro entre autres et d' influences modernes occidentales comme le folk, la pop et le blues .

M' toro signifie dans le language actuel mahorais "sauvage" mais en réalité les Watoro (au pluriel) étaient des esclaves ayant fuient les plantations, refusant la colonisation. A travers ce nom évocateur ce révolutionnaire nous parle déjà. 

 

    Ses débuts avec la musique sont bercer par les rythmes traditionnelles de Mayotte, et des sonorités africaines captées dans la radio tranganika. Depuis son plus jeune age, M' Toro chamou, de son veritable nom Chamsidini Momed, est  attiré par la musique. Influencé par l' artiste Demo, c' est nottament ce dernier qui lui montre ses premiers accords et le fit chanter ses compositions.

 M' Toro Chamou a commencé sa carrière à l' adoléscence dans la mouvance Hip Hop, participant à la  formation du premier groupe de rap à Mayotte, le M' Tsapéré power puis c' est vers le ragga muffin qu il se tourne. Et c'est avec le chanteur Slim, qui lui donne l' opportunité de répéter ses chansons avec ses musiciens ainsi qu' en lui donnant sa premiere guitare, que tout commence réellement . M' Toro Chamou l'autodidacte apprend vite, très vite, comme s' il était prédestiné. Il s en suit une serie de concerts sur Mayotte, fesant les premières parties d' artistes  venut de l' exterieur, tel que Jean Jacques Goldman. 

De là il décide de quitter son île en 1995, celle ci devenant trop petite pour lui, et où il ne voit pas comment sa carrière peut se développer. 

Après un bref passage d' un an à la Réunion, où il poffine et crée ses compositions, Chamou part s'installer en France avec dans ses bagages ses mélodies.

A Paris en 1996, M’Toro Chamou joue avec Baco et Mikidache, les pionniers de la musique mahoraise à l’étranger. En même temps, il forme son répertoire où le “mgodro” commence à prendre une place importante. Le style de M’Toro Chamou se crée ainsi, tout naturellement.

C' est en 1998 qu il sort son premier album, kaza n' goma.  Cet album est  un arrêt sur image sur les traditions et coutumes de Mayotte. M' Toro chamou se présente comme un fervant representant  de la culture mahoraise. Qui selon lui ne doit pas s' effacer au détriment d' une culture qui n' est pas la sienne sous peine de se perdre.

Sa voix unique, ses textes puissants et sans langue de bois font de lui un artiste hors paire.

Sans perdre de temps, il sort en 1999, retour aux sources. Où il mêle les rythmes traditionnels de chez lui aux musiques actuelles, un m'godro moderne bien à lui. Cet album signe,  une nouvelle orientation afro-folk / afro-pop, tirée du “mgodro” .

 Il joue au festival “Les Nuits d’Istres”, assure la première partie du chanteur français Jacques Higelin à Mayotte, son île natale, puis participe à plusieurs manifestations entre Paris et l’Océan Indien.

En 2002 suivra M' Lango, qui signifie "la porte" en shimaoré, L'artiste engagé y chante les maux de son ile natale, et nous transmet son histoire faite d' esclavage et de soumission. 

Sa musique est comme un pont reliant les 2 mondes ,  Mayotte et l' occident . Il exprime a travers cet album le désire d 'exporter et faire connaitre la musique de Mayotte, "il faut ouvrir la porte et avancer vers les autres".  Ses paroles soutenues par le rythme imposant du “mgodro”, ont fait de M’Lango une porte ouverte pour M’Toro Chamou sur la scène word music.

C' est également en 2002 qu' il fait une participation remarquée au Womex festival à ESSEN en Allemagne. 

En 2004 vient Bwé foro.  Un album proposant des balades, du reggae et bien sûr du “mgodro”, comme il sait en jouer, avec des arrangements personnels et des innovations musicales, comme dans “Mgodro dance”.

A travers sa musique, l’artiste adopte et fait sa propre histoire, une histoire riche parce qu’ancienne et tissée, avec une culture où savoir et savoir-faire font un tout indivisible. Et c’est la musique des anciens que M’Toro Chamou porte sur scène, arrangée pour que tout public puisse l’écouter, l’apprécier, l’aimer, sans pour autant comprendre la langue mahoraise.

Avec sa musique M’Toro Chamou lance, par la force de ses mélodies et de ses messages, un pont au-delà des différences, entre la tradition et la modernité, entre Mayotte et le reste du monde.

En 2006, il est le lauréat du concours "9 semaines et 1 jour", et par la suite, il participera aux Francofolies de la Rochelle, dans le cadre des DOM TOM Folies. 

En 2008, M’Toro Chamou et son compatriote Mikidache sortent en duo Tsenga, un album hommage à Langa, le maître du gabousi (luth mahorais qui symbolise la tradition musicale de Mayotte). Dans cet opus aux parfums afro-folk, Mikidache et M’Toro Chamou, tous deux membres du collectif Tsenga, y reprennent ses mélodies en évoquant de nombreux artistes contemporains Mahorais.

 L’année 2009 voit M’Toro Chamou enregistrer Changer, un album resolument traditionnel, où le M' godro est mi en exergue. 

 En 2011 vient l' Album Tsenga 2 où il réunit autour de lui 4 artistes de l' archipel des comores : le guitariste et chanteur Mikidache , le rappeur Bo Houss, la chanteuse Zainouni, tous originaires de Mayotte Mais également Eliasse, lauréat 2010 des “Voix de l’Océan Indien”, né à Moroni, Grande Comores. On retrouve à leurs côtés le percussionniste Comorien Abdallah, ainsi que les bassistes Camerounais Brice Wassy et Hilaire Penda. En suivra une tournée dans tout l' Océan Indien, allant du festival SAKIFO à la Réunion au Médina festival d' Anjouan.

Les textes chantés en shimaoré (mahorais), en shikomori (comorien), des langues proches du kiswahili, évoquent la sagesse des anciens, la départementalisation ou encore la situation des enfants des rues et des immigrants clandestins venus chercher fortune à Mayotte. 

En 2011, sort On va bouger, un EP 5 titres réunissant M’Toro Chamou et Nassadjah, un reggaeman Comorien basé à Nantes, en France. Un disque joyeux, entrainant et positif.

Depuis 2012, M' Toro Chamou est de retour dans l' océan indien, plus précisement sur l' île de la Réunion où il assure plusieurs prestations sur les scènes Réunionnaises . 

En 2014 il est l' invité d honneur du Maoré Jazz festival où il joue avec une chorale d' enfant reprenant ses titres, mais également avec des Jazzmen pour des versions jazzy des ses morceaux. depuis il nous prépare son prochain album... A suivre ...  

Sk ROD


+Voir la suite

Galerie photos

M' Toro Chamou  - Galerie PhotoM' Toro Chamou  - Galerie PhotoM' Toro Chamou  - Galerie PhotoM' Toro Chamou  - Galerie PhotoM' Toro Chamou  - Galerie PhotoM' Toro Chamou  - Galerie PhotoM' Toro Chamou  - Galerie PhotoM' Toro Chamou  - Galerie Photo
Lancer le diaporama

Adresses internet de M' Toro Chamou

Contacter M' Toro Chamou

Nom du contact :

Le cri de l ocean indien

Téléphone :

0693408608

Mail :

lecrideloceanindien@yahoo.com