Player Audios

pili pili
Play all

pili pili

Année : 1999
(CD)

Suite

pili pili

grand anse

ambiance outre mer

sega vieux moune

zouke bourbon

ile de la reunion

album inconnu

Biographie de Max Lauret

« Ses succès sont devenus des refrains incontournables, il suffit de repenser à « Fany » ; « Mi sa va, mi vien » ; « Séga vieux moune » et beaucoup d’autres encore. Ses ségas sont à ranger au patrimoine musical de l’île de la Réunion et pourtant lorsqu’on retrace son parcours, on ...

« Ses succès sont devenus des refrains incontournables, il suffit de repenser à « Fany » ; « Mi sa va, mi vien » ; « Séga vieux moune » et beaucoup d’autres encore. Ses ségas sont à ranger au patrimoine musical de l’île de la Réunion et pourtant lorsqu’on retrace son parcours, on a du mal à croire que son premier 45tours a presque été un échec. » André Maurice

LA PETITE HISTOIRE

Max est né dans une famille d’agriculteurs à Grands Bois les Hauts. Il n’avait que sept ans lorsque son père disparaît. Max a réalisé un parcours scolaire normal (école, collège, lycée technique).

Son premier contact avec la musique fut à huit ans, lorsqu’il apprend à jouer de la guitare. A quinze ans, il chante dans son premier groupe « les Devil’s song », puis enchaine avec divers autres groupes et orchestres de bals.

LE PREMIER ENREGISTREMENT ET LE DEBUT DE CARRIERE

1979 : Il enregistre son premier 45 tours, « Cosa toué la fé », qui comme on vient de le dire ne fut pas un grand succès, puis il part au Service Militaire. A son retour, il va habiter chez sa mère et l’aide parfois à cultiver les champs.

En 1981 : Max Lauret décide de tenter sa chance en Métropole, en faisant une formation professionnelle et c’est avec l’aide de son frère qu’il va trouver un travail à l’aéroport de Paris. Le week-end, il met l’ambiance créole dans des soirées et des boîtes de nuits, invité par des organisateurs qu’il a rencontré dans des associations et des structures réunionnaises.

Entre 1986 à 1987 : Il collabore activement a une publication crée par Albert Vebert destinée à la population réunionnaise vivant en France.

LA REUSSITE ET LE SUCCES

1991 : Max retourne à la Réunion, il a acquis une grande expérience et il est devenu un bon ségatier. Il est considéré à juste titre comme un artiste de variété tropicale et un musicien accompli capable d’exporter un spectacle de qualité vers la Métropole. C’est pour ces raisons, que le Conseil Général va l’embaucher en tant que formateur de CES musique durant une période de 3 ans.

De 1994 à 1997 : Il fera la même chose en milieu scolaire, afin d’initier les élèves des écoles primaires du sud à la musique.

1997 à 1999 : Dans le cadre associatif, il travaille comme sonorisateur de spectacles scolaires.

Et en l’an 2000 : Il crée un groupe « Fantaizy créole » composé de cinq garçons et deux filles, qui reprennent son répertoire afin d’animer des soirées dans des hôtels de la côte ouest.

2005 - 2006, avec « Fantaizy créole », il enregistre trois CD :
« ça sent les vacances » 2001
« Ambiance créole » 2003
« Sous mon cocotié » 2005

Il est toujours actif sur scène en particulier dans les hôtels ou la saison à été plus difficile et parallèlement il travail à la réalisation d’un disque en companie de son groupe Fantaisy Kréol.

Mémoires du séga,
A. Maurice


+Voir la suite