Chroniques Albums

Le 26 octobre 2011

René Lacaille ek Marmaille

POKSINA
René avait depuis longtemps le désir de proposer sa version de standards de l´île de la Réunion, dont certains remontent au début du XX° siècle. Il a harmonisé ces chansons qu´il interprète  en concerts depuis des années et lil les propose avec un groupe familial, dans la grande tradition. Après tout, n´a-t-il pas appris à en jouer certains avec son propre père et d´autre musiciens lontan ?

Il les offre, comme une douceur, au public qui les connaît et aussi à celui qui peut découvrir ces merveilleuses chansons, comme un gage d´amour à une musique qui ne demande qu´à être goûtée. 

Quelques titres : « La rosée tombée » de Maxime Laope et Jules Arlanda, « Coq un poule » de M. Laope, « Quand li mett´ son moullure » et « la coupe canne » d´Arlanda, « Maloya ton tisane » de Narmine Ducap, « Commandeur » de Jean Albany et Pierre Vidot,  et des titres de René réarrangés pour l´occasion comme « Lusaka » et « K.ba », une version instrumentale de « Rest´la maloya » d´Alain Peters...
17 titres en tout !

Sortie le 27/102011

René Lacaille (accordéon, charango, percussions, chant lead et choeurs) est entouré d´Oriane Lacaille (petites percussions, caisse claire, kayanm, chant lead et choeurs), Marc Lacaille (percussions, basse, flûte, trompette, chant lead et choeurs) et Yanis Lacaille (roulèr, batas, autres percussions et choeurs)

Groupe : René Lacaille èk Marmaille
Producteur : Do Bwa
Label : Daquí (qui avait produit PATANPO en 1999)
Distributeur : Harmonia Mundi

En savoir + sur René Lacaille

+Lire la suite

Reportages

Le 08 août 2011

Escales de Saint-Nazaire

samedi 6 août 2011
La Météo Bondyé lao faisait craindre le pire scénario pour les 20 ans du festival : pluie battante sur la route de Saint-Nazaire. Arrivée au port sous la grisaille... et déception pour les fans d´Archie Shepp et Chucho Valdès, leur concert est annulé : le taux d´humidité a empêché l´accord des instruments...
Avant d´entamer le marathon du son 974, passage obligatoire au stand du PRMA : belle exposition maloya, conférence musicale, boutique Takamba... Alain Courbis, Fanie Précourt et Nadège Nadès étaient présents, bien décidés à partager leur passion des musiques réunionnaises et toujours à l´écoute des questions des festivaliers.

1er acte: Le Roi Soleil



19 h 15, scéne du Port  : Danyèl Waro et ses musiciens font une dernière balance sous un ciel toujours menaçant. Mais au début du concert, miracle ! Comme Tintin dans l´album d´Hergé, Danyèl Waro vêtu de blanc et armé de son kayamb commande le soleil qui fera enfin une belle apparition durable tout le long du set ! Un set impeccable bien sûr. Au risque de répéter, c´est bien le plus grand chanteur vivant de maloya qui s´exprime devant une mer humaine, électrisée par les rythmes frénétiques ou envoûtée par les complaintes du réunionnais des Hauts. Danyèl Waro chante le maloya, son maloya, avec cette voix qui pourrait tout aussi bien chanter du blues... 21 heures déjà, dernier morceau, dernières mesures, plic-ploc, la pluie revient... Vite aux abris, direction bal la poussière !

2ème acte : Balatonton



21 h 30, scène du Kabar : dans un décor "Années 30", voyage dans le temps lontan avec Fanfaroné, le dernier groupe de René Lacaille, soit René Lacaille et ses trois enfants plus un trio de cuivres (featuring Alain Debiossat du groupe Sixun !). Hommage aux orches´ en cuiv´ de l´époque, la joyeuse troupe nous fait guincher aux rythmes réunionnais mais aussi antillais et latino-américains, puisque il faut de tout pour réussir une soirée dansante ! Musiques de Maxime Laope, Claude Vinh San, Danyèl Waro (Barmine !) Alain Peters (Caloubadia !) ou Michou s´enchaînent sans temps mort. La joie des musiciens atteint le public qui danse et redanse encore. C´est que le tonton sait y faire pour mettre l´ambiance, sans chichis, pour le seul plaisir de passer un bon moment ensemble. Ca paraît simple mais c´est plus difficile qu´il n´y paraît à une époque où tout est rapidement calibré...
22 h 45, les lampions s´éteignent déjà...

3ème acte : Ten years after



Le temps de rejoindre la scène Estuaire, passage furtif devant le live de Stromae qui justement nous demande si alors on danse... Désolé Stromae, on voudrait bien mais on a rendez-vous avec Christine Salem ! Un lien particulier unit la dame des Camélias au Festival des Escales : quasiment jour pour jour, il y a dix ans, Christine y donnait un concert qui a été immortalisé sur son premier CD "Waliwa". Beaucoup d´eau a passé sous les ponts de Saint-Nazaire et c´est une Christine Salem en pleine maîtrise de son art qui débarque sur scène. Ah, cette voix... chaude, profonde, gorgée de soul. Le public réagit au quart de tour, sous le charme de cette grande dame du maloya qui nous fait voyager sur les traces du maloya de la Réunion, via des escales aux Comores, à Madagascar, à Zanzibar et au Mozambique. Lors du rappel, coupure de son qui donne lieu à un instant magique : c´est la foule qui chante et termine le concert ! Les yeux sont brillants, la joie se lit sur tous les visages, grand concert ! 

C´est déjà fini... on déambule dans les allées grouillantes du festival (40 000 spectateurs en deux jours)... bref arrêt devant une autre scène où un groupe joue un tango électronique devant un public quasi impassible, et cette vague impression d´avoir été dans le vrai avec notre parcours 974... "Musique vivante pour gens vivants" pour reprendre l´expression favorite de René Lacaille...

Merci aux artistes et un grand bravo à l´équipe des Escales de Saint Nazaire : si vous cherchez le sens du mot "convivialité", vous le trouverez à coup sûr dans ce grand festival qui a su garder une dimension humaine, à mille lieues des grosses machines à fric. 

PS : l´absent aux Escales a tort, séance de rattrapage début 2012 : Christine Salem et Danyèl Waro sont déjà programmés dans la région nantaise !

Frankie Donald

+Lire la suite

Reportages

Le 14 avril 2011

Danyèl Waro au Louvre...

Un spectacle, un véritable spectacle..
Pour les oreilles, les yeux et le cœur. 

Projeté sur un écran géant, des archives datant du début du siècle dernier, des films noirs et blanc mettant en scène un peuple avec ces rites et ces coutumes, une civilisation pour la toute première fois immortalisée sur des pellicules, pour qu´ensuite, à des milliers de kilomètre de là, des spectateurs à la peau blanche puissent découvrir le quotidien de ceux dont la peau était noire.. 

Exactement comme ils avaient du être présenté en l´époque, avec une différence de taille…Les commentaires de ceux qui les présentaient pour la première fois se sont tus pour laisser place à une musique jouée par des artistes dont l´humilité n´a d´égal que du talent qui les anime.. 

Des documentaires qui ont pris un tout autre visage hier, à l´image d´un homme voulant rétablir une vérité jamais aussi bien illustrée au son des instruments qui auront résonné dans le cœur de chacun, des percussions se calquant magnifiquement aux images, ponctuées par des poèmes contés par la voix douce et sereine de ce jeune africain, faisant revivre la tradition orale du voyage par les mots, nous berçant tout en éveillant en nous cette forme d´ attention qui ne nous est pas commune, racontant l´injustice et le désespoir d´un peuple auquel justice ne sera jamais rendu... 

Seul les poètes resterons les uniques détenteurs d´un art par le biais duquel l´on s´aperçoit du chemin à parcourir pour qu´une paix soit possible, et lui seul sait qu´elle doit avant tout conquérir les cœurs avant qu´elle ne touche terre … 

Danyèl Waro est ce poète, je l´ai de mes yeux vu, il respire cette paix et vous la rend avec ce timbre magnifique, les rythmes qu´il exécute vous donne la cadence exacte de son pouls ; il est celui de cette Afrique trop longtemps pillée mais qui n´abdiquera jamais face à la cupidité de l´homme blanc ; son corps est enraciné à un sol ou seuls poussent des êtres résistants à des rigueurs impensables, à des conditions qui interdisent l´abandon de la cause à défendre.… 

> Danyèl Waro - Auditorium du Louvre - le 8 / 04 / 2011 <

Michel Guinand (disquaire indépendant au "Mange Disque" à Clermont de l´Oise 60600)

En savoir + sur Danyèl Waro

+Lire la suite

Brèves

Le 01 avril 2011

Du nouveau dans la formation

Une nouvelle en forme de faire-part…
Jeudi Formation voit le jour. Cet organisme de formation,  spécialisé dans le spectacle vivant est né à la Réunion d’un travail collectif associant des professionnels du secteur. Il propose de la formation professionnelle pour les intermittents du spectacle, les personnels des salles et des collectivités ainsi que toute personne désireuse de se perfectionner dans ce milieu.

Les formateurs sont tous des références dans leur domaine respectif et ils ont bénéficié d’une formation pédagogique.

Le premier groupe de modules, lancé à partir du mois d’avril, concerne la technique du spectacle avec des formations sur le son, la lumière et la régie générale.
Le programme est d’ores et déjà disponible sur simple demande par mail : jeudi.formation@orange.fr

Longue vie à jeudi formation !

Un projet pilotée par Lundi Production

JeudiFormation
Tel : 02 62 77 64 04
Fax : 02 62 44 40 87
@ : jeudi.formation@orange.fr

+Lire la suite

Chroniques Albums

Le 24 février 2011

A cordes croisées

Dans un océan musical tintamarresque, voilà qu´arrive un album tout zen. 25 cordes, soit les 4 cordes du violon (ou de son grand-frère l´alto) et les 21 de la kora, la harpe fétiche des griots mandingues. A l´archet, Kahina Zaïmen, à la kora Sami Pageaux-Waro, tous deux réunis autour d´un projet 100% acoustique et authentique. Le duo nous emmène en voyage dans un sixième continent où les frontières auraient disparu et jouent une musique de chambre où s´enchevêtrent les musiques africaines, indiennes ou orientales. Des compositions originales, des traditionnels afghans et maliens, mais aussi de belles relectures de maloyas réunionnais signées Danyèl Waro (n´en déplaise à certains moucateurs actifs sur un certain journal en ligne, Waro est aussi un grand mélodiste...), et en final, Alain Peters et son Caloubadia.

Accordage et entente parfaite de nos deux compères, se partageant tour à tour les parties mélodiques et les accompagnements. Deux titres font entorse à la règle des 25 cordes et invitent la sanza et les percussions à se frotter au son du violon.
Ce disque n´est pas sans rappeler le Chamber music de Ballaké Sissoko et Vincent Ségal, qui faisaient dialoguer la kora et le violoncelle (sorti en 2009 sur le label No Format). Cordes en résonance sympathique, frottées, pincées, pizzicatées pour un bel arc-en-ciel de couleurs sonores... 25 Cordes, un moment de musicalité où l´auditeur est convié dans l´intimité de deux musiciens... Un peu de finesse dans un monde de brutes.

Tahitiansunset

En savoir + sur "La 25e Corde"

+Lire la suite

Brèves

Le 03 février 2011

PRIX ALAIN PETERS 2011

APPEL A CANDIDATURE
Pour cette nouvelle édition du prix Alain Peters, le Sakifo Festival innove !

Une nouvelle démarche qui implique pleinement les artistes réunionnais car c’est à vous de jouer !

Tout artiste/groupe souhaitant se produire dans le cadre de la cinquième édition du Prix Alain Peters devra remplir un formulaire d’inscription à télécharger sur le site du Sakifo http://www.sakifo.com/v3/ et nous le faire parvenir avant le 20 Fev (minuit).

Pour cela, plusieurs possibilités s’offre à vous :

‐ par voie postale à l’adresse suivante : SAKIFO PRODUCTION / PRIX ALAIN PETERS 18, rue Maurice Janicot 97410 St Pierre

‐ par mail à l’adresse suivante : prixalainpeters@sakifo.com

‐ déposer directement le dossier à la Kaz Sakifo située au 18, rue Maurice Janicot 97410 St Pierre


Voici la liste des documents à joindre à votre dossier :

‐ Une biographie et / ou dossier de presse
‐ Deux créations originales minimum
‐ Un lien Facebook ou Myspace
‐ Une fiche technique et un plan de scène
‐ Une photo en haute définition (300dpi)

Afin de postuler au Prix Alain Peters 2011, merci de prendre connaissance du règlement ci dessous et d’en accepter les conditions avant tout envoi de votre candidature.

Art 1 : Tout artiste/groupe peut postuler autant de fois qu’il le souhaite

Art 2 : Les artistes/groupes sélectionnés sont au nombre de 6

Art 3 : Un artiste/groupe peut être sélectionné au maximum trois fois, à compter de l’édition de l’année 2010 inclus.

Art 4 : Tout lauréat du prix Alain Peters ne peut aucunement se présenter une nouvelle fois. (A compter de la création du Prix)

Art 5 : La Direction du Sakifo Festival se réunira afin de choisir les 6 artistes/groupes sélectionnés au Prix Alain Peters 2011.

Art 6 : Les Membres du jury ne seront pas désignés avant la sélection finale des 6 artistes/groupes.

Art 7 : La sélection du Prix Alain Peters concerne les artistes/groupes en développement et souhaitant se professionnaliser dans le milieu.

Art 8 : Tous les genres musicaux peuvent être représentés.

Art 9 : La durée du set de l’artiste/du groupe doit être de 45 min, éventuel rappel inclus.

Art 10 : Le set doit être composé d’une majorité de créations originales de l’artiste/du groupe.

Art 11 : Le choix des membres du jury afin de désigner le lauréat du prix Alain Peters 2011 sera fondé sur les critères suivants :
originalité des compositions et des textes, musicalité, qualité scénique.

Art 12 : Chaque musicien sera rémunéré sur la base du minimum syndical et ce pour un contrat d’engagement le concernant.

Pour toute demande de renseignements supplémentaires et / ou informations concernant le Prix Alain Peters 2011, n’hésitez pas à nous contacter :

02 62 32 11 29 - prixalainpeters@sakifo.com

+Lire la suite

Chroniques Albums

Le 26 janvier 2011

Une fleur éclot...

Ce beau disque a été la suprise de l´année 2010 : Emmanuelle Peters, la soeur d´Alain Peters, donnait naissance à son premier CD "Fleur d´sel". Un album qu´on sent longuement mûri et réfléchi : la chanteuse n´est que depuis peu de temps dans le circuit de la chanson avec un premier single publié en 2009. La chanson, elle voulait y venir bien plus tôt, mais le destin en avait décidé autrement, et Emmanuelle a tout d´abord exprimé sa sensibilité à travers la peinture, une peinture lumineuse et colorée. 

Et des couleurs, il n´en manque pas sur cet album ! Eventail de rythmes (séga, maloya, romances), de beaux arrangements musicaux (un accordéon du plus bel effet, Régis Lacaille en personne !), le tout au service de textes sensibles portés par une voix profonde et d´une grande musicalité. Avec beaucoup d´humanité, Emmanuelle Peters porte un regard sensible sur son île et les gens qui la peuplent... la nature aussi est omniprésente dans ses textes, "L´Arriv´hier", "Le Sanctum", "Maya" sont des chansons qui exhalent tous les parfums et tous les paysages de la Réunion...

Bien sûr, on ne peut pas écouter cet album sans penser à l´héritage laissé par Alain Peters, le frère trop tôt disparu à qui elle rend hommage dans deux titres, "Alain" et une très belle reprise de "Rest´là maloya", écho lointain de la version jazzy qu´Alain Peters avait donné sur scène lors du concert des retrouvailles de Carrousel en 1994. A noter aussi : dans les choeurs, Ananda Dévi Peters, qui n´est autre que la fille d´Alain Peters !

Voilà donc un premier disque abouti et sincère, c´est plutôt rare de nos jours... A écouter avec le coeur !

Tahitiansunset

En savoir + sur Emmanuelle Peters

+Lire la suite

Chroniques Albums

Le 26 novembre 2010

Quatre filles dans le vent

Le maloya une affaire d´hommes ?
C´est vrai qu´elles sont pas légion, les filles du maloya. Et pourtant, qu´ils sont beaux les albums de Françoise Guimbert, Nathalie Natiembé ou Salem Tradition...
Il faut désormais compter avec le premier album de Simangavole. Anciennement "Kafrine Dofé", Katy, Roukia, Mickaële et Sophie ont commencé leur carrière en métropole, au pays des géraniums : l´Alsace (et plus précisément Mulhouse). Retour au péi : très vites repérées, elles assurent des premières parties pour Danyèl Waro et enflamment la scène du Sakifo. Sur la pochette, le poing levé, le quatuor est bien décidé à nous montrer qu´il en a sous le capot. Le moins qu´on puisse dire, c´est que ça décoiffe ! Pas un temps mort, le BRPM (battement de rouleur par minute) est constamment dans le rouge au service d´un maloya speed et puissant que ne renierait pas Kiltir. Katy Toave, chanteuse et compositrice du groupe, mène l´ensemble avec une énergie sidérante et quelques inflexions vocales soul du meilleur effet...
Si le son est "traditionnel", la rythmique s´autorise quelquefois des passages bien funky. Bien mis en avant, les choeurs, impeccables, bénéficient d´arrangements bien léchés.

"Maloya manièr fanm", maloya cyclonique qui, irrésistiblement, vous donnera la bougeotte et la pêche !

Tahitiansunset

En savoir + sur Simangavole

+Lire la suite

Brèves

Le 09 novembre 2010

TAAC 5ème...

La cinquième édition "Les Trophées des Arts Afro-Caribéens", s´est achevée hier soir au théâtre du Chatelet à Paris, consacrant une fois encore les musiques réunionnaises. 

Cette année, trois artistes pays se retrouvaient en compétition pour les fameux sésames : Yaëlle Trulès, Kaf Malbar et Groove Lélé.

Tout d´abord élu "Meilleur Artiste de l´année", Kaf Malbar s´est imposé comme lauréat 2010, devant Kolo Barst, Salif Keita et Ben Oncle Soul.
Et pour couronner le tout le prix du "Meilleur album" a été attribué à Groove Lélé & Ernst Reijseger, pour leur opus "Zembrocal Musical".

Un grand merci à nos artistes pour avoir su, encore une fois, porter haut les couleurs de La Réunion !

+Lire la suite

Chroniques Albums

Le 06 octobre 2010

Sello Fan !

A l´heure où la Réunion fête le premier anniversaire de l´inscription par l´Unesco du maloya au Patrimoine de l´Humanité, c´est un beau cadeau que nous fait le label Oasis avec ce double album consacré aux 30 ans de maloya de Michel Sophie, plus connu sous le nom de Gramoun Sello. 

Avec Gramoun Bébé, Lo Rwa Kaf, Simon Lagarrigue, Granmoun Lélé et Firmin Viry, Gramoun Sello est un pilier du maloya traditionnel. Il débute sa carrière dans les années 70 avec les Volcaniks, mais c´est avec la Troupe Roséda qu´il gagne sa notoriété. Le programme du premier CD est justement consacré aux enregistrements publiés par la Troupe Roséda, de 1983 à 2000 : c´est l´occasion de réentendre parmi les premiers maloyas gravés alors sur un 33 tours par le label Issa (dans ce format, les seuls enregistrements de maloya avec les deux 33 tours édités par le PCR). Le charme des enregistrements lontan (pas si longtemps que ça finalement...) opère, avec un delay du meilleur effet sur les voix... et le privilège d´entendre des enregistrements qui étaient alors réservés aux heureux possesseurs des vinyles et cassettes d´origine. 
Le deuxième CD revient sur la période "come back" de Gramoun Sello, retour sur le devant de la scène grâce à la pugnacité de Stéphane Grondin de l´association Maloya All Stars. Et cerise sur le gâteau d´anniversaire, 10 titres inédits enregistrés en 2010 ! Hasards du destin : lors du premier concert de maloya donné en avril 2010 à la prestigieuse Cité de la Musique à Paris, c´est Gramoun Sello qui a été chargé de remplacer au pied levé Firmin Viry. Pari remporté haut la main : pour avoir eu la chance d´assister à ce concert, je peux vous assurer que Gramoun Sello et sa troupe ont mis le feu dans la salle ! 

Un grand monsieur du maloya : ses chansons sont un témoignage de la culture réunionnaise, chantées par une voix puissante et accompagnées par une rythmique des plus entraînante, bref un album indispensable pour tout amateur de maloya qui se respecte. Le Sello fan aura vite fait d´enlever le cellophane qui protège le disque pour se jeter sur le copieux programme concocté pour cette célébration. 30 ans, 30 titres ! On murmure même qu´un DVD documentaire sur Gramoun Sello est en préparation pour cette année... restez aux aguets ! 

Il est possible d´écouter de larges extraits et de commander le CD directement au label Oasis, rien de plus simple, cliquez ici : Site OASIS

Tahitiansunset

En savoir + sur Gramoun Sello

+Lire la suite