Reportages

Le 30 avril 2010

Séga Maloya à la Cité

Paris, 24 avril 2010.
Au programme, une grande célébration de la musique réunionnaise, c´est parti pour plus de 5 heures de rythmes enivrants ! Ca démarre très fort avec les Tambours Sacrés de la Réunion qui se produisent sur le parvis de la Villette. Héritage des temples tamouls indiens, cette tradition musicale a disparu de sa terre d´origine mais a heureusement été sauvegardée à la Réunion. Le volume sonore est stupéfiant, on doit les entendre à 2 kilomètres à la ronde !
La sécurité du Parc de la Villette flippe en voyant les braises destinées à chauffer la peau des tambours, mais après quelques explications, la démonstration reprend de plus belle. Suivie par les badauds, la troupe entame ensuite une procession chorégraphique vers le hall de la Cité... final en transe avec une amplitude sonore décuplée par l´acoustique cathédralesque !

Pour se remettre de nos émotions avant la grande messe maloya qui débute à 20 h, rien ne vaut un bon sauté mines déniché dans le quartier... il fait toujours aussi beau, quelques degrés de plus et on se croirait presque sur l´île...

Le ventre bien rempli, il est grand temps de recevoir à "mangé pour le coeur" ! . Direction la salle des concerts pour plus de deux heures de maloya. Un théâtre superbe avec installations tip top, ça promet d´être chaud. La salle est quasi pleine, le public attend sagement assis sur les fauteuils. M´est d´avis qu´on va pas rester assis longtemps, pas possible d´écouter du maloya dans ces conditions, et tant pis pour les quelques grincheux qui nous feront signe de nous asseoir !
Urbain Philéas ouvre le bal, accompagné de 7 musiciens de la famille Lélé. "Komen il éééééé ??!!!". C´est encore un peu tiède dans la salle, mais bientôt le devant de la scène est envahi de danseurs, portés par l´énergie intense qui arrive du groupe. Certains morceaux sont enrichis par la participation des Tambours Sacrés, le répertoire oscille entre compositions inédites et standards du regretté Granmoun Lélé. Le set s´achève justement sur "Soleye", un marmay (5 ans à peine...) s´installe derrière un tambour, belle image d´une tradition qui va de générations en générations, final en apothéose...


C´est l´heure de l´entr´acte avant de retrouver le maloya de Gramoun Sello qui a la lourde tâche de remplacer Firmin Viry, empêché à la dernière minute. Mission largement accomplie ! Un concert sans relâche par un vétéran du maloya traditionnel, Gramoun Sello est indiscutablement un grand parmi les grands. Le public est massé devant lui et danse, partout les yeux brillent de joie. Tout de blanc vêtu, Gramoun Sello harangue le public, soutenu par des musiciens qui connaissent toutes les ficelles du maloya (mention spéciale à Laurent Dalleau : le voir chatouiller ses congas est un spectacle à lui tout seul !)


Ca vous a plu hein ? Vous en voulez encore ? On est pas fatigués et c´est pas fini... A peine sortis de la salle, retour dans le hall de la Cité : "Tonton" René Lacaille et son orchestre familial l´a paré décor pour tit bal Sam´di ! Dans ce grand hall de béton au bal la poussière zot´ l´est invités ! L´orchestre y envoie séga, maloya, rythmes sud-américains, tout le monde y danse séga, Zoreil aussi dans le tas ! René quitte un moment la scène pour laisser ses musiciens entamer un "Rest´la maloya" de toute beauté. J´ai encore assez de réflexes pour sortir mon minuscule appareil photo et immortaliser ce moment, excusez le son précaire et les images qui vibrent, c´est l´émotion ! Derrière moi, une belle inconnue accompagne toute la chanson de sa voix, l´émotion est palpable... On voudrait que ça dure toute la nuit, malheureusement les organisateurs nous ramènent à la réalité... tout a une fin, c´est l´heure de rentrer, snif... On murmure que Firmin Viry pourrait revenir faire un concert ici... Ah oui, ça serait bien...

Le lendemain, Mayotte est à l´honneur et la famille Lélé est programmée dans le Maine-Et-Loire... Appel aux programmateurs de métropole : le maloya on aime ça !
Tahitiansunset

+Lire la suite

Brèves

Le 19 avril 2010

Cycle Afrique du Sud

Danse, théâtre et musique
Le 11 février 1990, Nelson Mandela est définitivement libéré, mettant fin à la clandestinité de l’ANC et accélérant le processus de sortie du régime d’apartheid que le pays subissait depuis des décennies. 20 ans après cet acte majeur de la vie politique internationale, comment les différentes communautés du pays vivent-elles et dans quel avenir se projettent-elles ?

En 2010, l’Afrique du Sud est aussi le premier pays africain à organiser la coupe du monde de football, plus grand évènement planétaire après les jeux olympiques. C’est un formidable défi pour le pays. L’attente de la population est immense autant sur les enjeux économiques que sur la place du pays dans le concert des grandes nations.

Profitant de cette convergence d’événements et d’atouts, le Parc de la Villette met un coup de projecteur sur la scène sud-africaine pour en souligner la forte originalité artistique.

Plusieurs dizaines d’artistes, entre jeune génération et figures emblématiques du pays, viendront témoigner de la richesse de ce pays, sa diversité, ses différentes langues, ses traditions comme sa relation à la modernité.

Via Katlehong / Lindigo ouvrent le bal avec Umqombothi Kabar, fruit d’une rencontre originale entre danseurs sud africains et musiciens de l’Ile de la Réunion.

Robyn Orlin reprend sa célèbre pièce "Daddy, I’ve seen this piece 6 times before and I still don’t know why they’re hurting each other".

Mpumelelo Paul Grootboom (pour la première fois en France), jeune metteur en scène surdoué présente "Foreplay", une pièce charnelle à la poésie crue et à l’humour grinçant.

Ce cycle sera l’occasion pour Johnny Clegg de faire son retour sur la scène parisienne.
Un grand concert réunira, pour un plateau exceptionnel, les Mahotella Queens et Hugh Masekela.
Et enfin en clôture, un concert hommage à Nelson Mandela sous la direction artistique de Cheik Tidiane Seck. Juke Box Live for Mandela réunira, entre autres, Amadou & Mariam, Toure Kunda et Manu Dibango.

+Lire la suite

Chroniques Albums

Le 09 avril 2010

Ousanousava Live Jam

Deuxième album Live du groupe OUSANOUSAVA.
La grande différence est qu’il a été enregistré au cours de la tournée de mai 2009 qui a amené le groupe dans toute la France (Paris/ New Morning – Orléans – Bordeaux – Perpignan -Ville franche etc...)

Une tournée qui a tenue toutes ses promesses avec un public très nombreux dans toutes les salles de concert et un accueil chaleureux des spectateurs.

Réalisé en collaboration avec NUEVAONDA PRODUCTION, cet album est un point d’ancrage sur la production des spectacles de OUSANOUSAVA, qui montre d’abord l’aspect festif des concerts du groupe qui s’exprime pleinement sur scène.

Entre 2004 (date du dernier enregistrement live) et aujourd’hui, c’est quasiment la même équipe et le public appréciera l’évolution de l’interprétation de sa musique.

Une évolution constante à leur rythme où le répertoire s’organise autour de deux « maillages ». L’un au rythme du séga traditionnel, l’autre autour du séga/maloya et surtout des textes poétiques et engagés qui ont été la marque de fabrique de la famille JORON et de son entourage.

Les titres de l’album « Tous les Enfants » sont également très présents ainsi que les grands classiques du groupe et un titre inédit viendra compéter ce nouvel opus à découvrir sans tarder

OUSANOUSAVA live au Jam de Montpellier est aussi le reflet d’un groupe qui bouge régulièrement hors de son île depuis 2000 (2 déplacements à Madagascar, 2 déplacements aux Seychelles, 1 tournée au Zimbabwe, et 6 tournées en métropole) et a voulu ainsi retranscrire, le temps d’un album, l’ambiance ….. loin de son île !

avec Bernard JORON au chant/guitare rythmique et trompette – François JORON au chant et aux choeurs, ainsi qu’aux percussions – Patrick ATIDE à la guitare solo et aux choeurs – Laurent SERVEAUX à la batterie – Frédéric TOSSEM à la basse – Alfred VIENNE à l’accordéon – et Guillaume DEJEAN au violon.

+ d'infos sur Ousanousava

+Lire la suite

Brèves

Le 26 mars 2010

Master-class de guitare avec Pierre Bensusan

Master-class de guitare avec Pierre Bensusan, guitariste émérite
(nommé notamment "Meilleur guitariste World music 2008 par le magazine américain renommé Guitar Player" en partenariat avec la Nuit des Virtuoses du Théâtre Luc Donat du Tampon.

Pierre Bensusan animera une master-class pour guitaristes confirmés au PRMA le mercredi 14 avril de 16h30 à 20h.

Les frais de participation sont de 30 euros et les inscriptions se font au PRMA au 0262909460.

Sur Pierre Bensusan

  • Ses collaborations :

Jacques Higelin, Théâtre de Cognac, Zénith de Paris, Cirque d’Hiver…
Doc Watson, Olympia
Larry Corryell, Palais des Congrès de Lorient
Taj Mahal, Dublin-Stadium, San Francisco-Great American Music Hall
Nana Vasconcellos, Quebec Summer Festival (Canada)
Philip Catherine, Paris Guitar Festival/New Morning (France)
Paco De Lucia, Niort (France 1989)
Carla Bley, Parthenay (France 1989) ….

  • Ce qu’en dit la presse :

"Pierre Bensusan poursuit d’album en album sa quête d’excellence en fusionnant tous les genres et les styles pour y bâtir le sien, unique, exceptionnel, façonné de clarté et d’éblouissement…" Alain Hermanstadt, Trad. Mag. (A propos d’Altiplanos)

"Inclassable et superbe." Libération (France)

"Un guitariste virtuose doublé d’un grand chanteur. La chanson Française tient là un de ses grands talents, voilà qui devrait ameuter les foules." Artistes & varietés (France)

"Un guitariste unique, l’un des plus brillants vétérans sur la scène de la World Music." The Los Angeles Times (USA)

"Une musique enchanteresse, fine et contemporaine, et une rare maîtrise de la guitare." VSD (France)

"Notre virtuose, avec un lyrisme étincelant et une musicalité sans défaut, n’en finit pas de nous ravir. " Claude Oberg/Jazz Mag. (France)

  • Extrait de sa biographie

Né en 1957 à Oran, sa famille "rapatriée" s’installe dans la banlieue de Paris lorsqu’il a 4 ans. Il commence l’étude du piano à 7 ans, puis à 11 ans, découvre le Folk, Bob Dylan, et apprend la guitare en autodidacte. La reconnaissance ne se fait pas attendre et dès l’age de 17 ans, il enregistre son premier album, Près de Paris, qui se voit attribuer la Rose d’Or du Festival de Montreux. Après une constante présence en France dans les "Années Folk", Pierre tourne principalement en Amérique du Nord, dans les pays Anglo-Saxons, dans toute l’Europe ainsi qu’en Asie. Ce concertiste passionné embarque et magnétise son public. Au fil des albums, son univers s’ouvre, prend de l’ampleur, il se démarque du folk et si l’on fait référence en utilisant le terme "World Music" à une création qui rend hommage à de nombreuses cultures, à travers des couleurs harmoniques et des rythmes distincts, alors Pierre Bensusan est un des musiciens world, jazz & folk, les plus éloquents de notre temps. Il fusionne des sons qui couvrent une vaste géographie et diverses époques en un tout immédiatement identifiable qui s’impose comme une évidence, "le Son Bensusan".

Plus d’infos et de détails sur sa carrière www.pierrebensusan.com

+Lire la suite

Brèves

Le 26 mars 2010

MUZIKOZMAN avec Daniel Yvinek

"MUZIKOZMAN" Runmuzik sur le thème "L’appropriation d’un répertoire" par Daniel Yvinek,
musicien, compositeur, réalisateur, arrangeur, mixeur , bassiste, contrebassiste… www.yvinek.com

Vendredi 9 avril de 10h à 12 h dans nos locaux 6 bis rue Pasteur (cour du CRR) à Saint-Denis

Le PRMA organise, en partenariat avec les Théâtres Départementaux de La Réunion une rencontre-débat avec Daniel Yvinek, directeur de l’Orchestre National de Jazz.

"L’ appropriation" d ’ un répertoire : Comment s’ approprier les mélodies populaires , les standards du jazz et de la pop , les faire sienne tout en repectant les contours. Cette intervention fera référenceà une bonne partie du travail mené par Daniel Yvinek sur les répertoires de Robert Wyatt ou Billie Holiday , es mélodies francaises ( projet "Chansons sous les bombes" ) , les chansons de Broadway ( "Wonderful world ") , les mélodies pop ( "Songs from the last century ")…

Entrée gratuite mais inscription obligatoire au 02-62-90-94-60 ou annie@runmuzik.fr

L’ONJ au grand complet est invité par les Théâtres Départementaux de La Réunion pour deux concerts différents au théâtre de Saint-Gilles ( vendredi 9 avril Hommage à Billie Holliday et samedi 10 avril musique du "Carmen" de Cecil B. de Mille) dans le cadre du festival "Les Déboussolés". www.theatreunion.re Tel Billeterie : 02-62-41-93-25

+Lire la suite

Brèves

Le 25 mars 2010

Sakifo 2010 lève le voile !

en attendant le programme complet...
Nous sommes ravis de vous présenter une partie des artistes du Sakifo 2010. Le temps de peaufiner tout ça, rendez-vous le 6 avril prochain pour la programmation complète et détaillée. A bientôt !

MAMI BASTAH
Madagascar / Tandonaka

MIX N BLEND
Afrique du Sud / Breakbeat, reggae

TI FOCK
La Réunion / Electromaloya

OXMO PUCCINO
France / Hip hop

IS WHAT ?!
USA / Jazz, rap

ALEX
La Réunion / Rap, maloya

BLICK BASSY
Cameroun / Musiques du Monde

DAVY SICARD
La Réunion / Chanson, maloya

TRUE LIVE
Australie / Hip hop, électrique

-M-
France / Pop, Rock

JEANNE CHERHAL
France / Chanson, pop, rock

HINDI ZAHRA
France, Maroc / Folk, soul

KANKA
France / Dub

STEEL PULSE
GB / Reggae

ZISKAKAN
La Réunion / Musiques du Monde, maloya

RENé LACAILLE
La Réunion, France / Maloya, blues, chanson

CASSIYA
île Maurice / Séga

BAZBAZ
France / Pop, soul

SKIP THE USE
France / Chanson

SMOD
GB / Reggae

RENAN LUCE
France / Chanson

PHOEBE KILLDEER & THE SHORT STRAWS
Australie, France / Aternative, rock

FéLOCHE
France / Pop

FéFé
France / Hip hop, blues

SPEECH DEBELLE
GB / Rap

GILZENE & THE BLUE LIGHT MENTO BAND
Jamaïque / Mento

NATHALIE NATIEMBé
La Réunion / Maloya, dub, rock

ALBOROSIE
Italie, Jamaïque / Reggae

MO DJ
Mali / Afro-electro

+Lire la suite

Chroniques Albums

Le 25 février 2010

Ye Lo Magik Orkhestra !

Avec un peu de retard, retour sur un des albums marquant de la fin 2009 : Ye mama de Lo Griyo est un de ces disques mûri longuement. Formé en 2006, le duo Sami Pageaux-Waro et Luc Joly a pris son temps et s´est d´abord forgé une solide réputation sur scène, écumant les tréteaux de l´île, de métropole et du Québec. Auréolé du prix Alain Peters en 2007, le groupe était donc attendu au tournant !

Lo Griyo, c´est d´abord une signature sonore originale, un orchestre de poche. Sami assure la voix, les percussions et affectionne deux instruments fétiches des griots africains : la kora (harpe) et la sanza (piano à pouces) ; Luc souffle dans ses saxophones, clarinettes, flûtes et mélodica. Membre récent du groupe, Brice Nauroy triture et superpose les sons, démultiplie les voix. En studio, l´album a été produit Yann Costa, habitué des rendez-vous marquants (Zong, Jaboticaba, Nathalie Natiembé...).



Les 6 rennes, entrée en douceur aux sonorités apaisantes de la kora et des vents... toutes les couleurs du monde sont invitées pour un Servis kabaré... tendre retour en enfance en vagabondant sur le Somin lékol... Ailleurs et sa montée en puissance toute « zongienne »... Danyèl Waro fait une apparition pour revisiter son Baylo... l´album se conclut par un slam dantesque du fonnkézèr Franky Lauret en hommage au Défin Alain Peters...

Bienheureux celui qui arrivera à coller une étiquette sur la musique du groupe... Comme Hadouk Trio, Lo Griyo joue la musique d´un 6ème continent imaginaire, sans frontières, un zembrocal subtil dans lequel maloya, electro, jazz, musiques indiennes, africaines et brésiliennes se télescopent. Dans une interview, Sami Pageaux-Waro préfère parler de transe : la transe des cérémonies rituelles, mais aussi la "transe moderne laïque" des musiques électroniques. Lo Griyo, une musique ancrée dans son temps, mais qui n´oublie pas l´héritage des ancêtres.
 
Tahitiansunset

En savoir + sur Lo Griyo

+Lire la suite

Brèves

Le 22 février 2010

Bazbaz sort la "Chose"

Bzzzzzzzz... Camille est un drôle d´insecte, fourmi parmi les fourmis. Même Darwin ne l´avait pas répertorié.
D´ailleurs, il ne pique pas non plus. Mais quand même...

Moins éphémère que les éphémères, ses amours ailées, zélées ça non, se froissent et bruissent dans la clarté des spots le soir. La scène incendie son âme, éclairée, par ses potes lucioles. Vyriane - la basse asiatique, Christiane - la batterie africaine, Fab - la percu caribéenne, Tchiki,- la guitare post-ibérique, ou encore Yarol qui bourdonne sur deux fleurs.

Mais est-ce que les insectes ont une âme, me direz-vous? En tous cas, ils n´ont pas de frontières, ça les arrange. Un peu de vent, hop, une halte à La Réunion pour se reproduire, et voilà un nouvel album de onze chansons sans OGM. Musique dans tous les peuples. Et puis, on n´a pas le culte du cafard, nous autres les papillons.

Philippe Tressol

Bazbaz en tournée :

  - le 6 mars au Kabardock (Le Port / La Réunion)
  - les 8 et 9 avril à la Maroquinerie (Paris)

  Toutes les dates sur www.bazbaz.biz

+Lire la suite

Chroniques Albums

Le 27 janvier 2010

Fata Morgana

Morgane Ji - Idiomes (Faunebox, 2009)
C´est un de ces soirs où il est tard, où les yeux mi-clos on égrène des pages sur le net, des sons, des images se succèdent... soudain, au milieu d´un océan de musique formatée, on accoste par hasard sur les rivages d´une artiste singulière au pouvoir de séduction imparable. Cette artiste, c´est Morgane Ji, joli brin de métis réunionnaise. Remarquée par le label Patch B, elle assure le chant sur l´album Noah´s boat du groupe Jamao et collabore avec deux fameux combos de fusion celtique, Karma & Wig A Wag.

Deux ans après son premier opus solo, elle revient avec un nouvel album Idiomes. Réalisé avec le fidèle E.r.k. (guitares aériennes et production ciselée), l´univers inhabituel de Morgane Ji surprend toujours autant. Fusion de rock et d´une world musique où se mêlent les embruns frais des côtes celtiques et la fournaise d´un volcan en éruption... Et cette voix ! "Admirablement timbrée, chaude, basse et grave, confidentielle à souhait, et enjôleuse, et susurrante, avec des modulations nuancées..." *, elle s´envole soudain dans un chant incantatoire et shamanique.

Maniant les mots en français, anglais ou créole, Morgane Ji chante l´enfance (Dessine-moi un mouton, Bouton d´or), interroge ses racines créoles (Kossa sa ?, Maloya), jongle avec les mots (Idiomes). Le tout emballé dans un livret habilement illustré... A l´heure de la musique dématéralisée et désincarnée, le label Faunebox persiste dans la confection de beaux disques.
Un bel écrin donc pour la fée Morgane ! Si d´aventure elle vient chanter chez vous, ne la manquez pas ! Un concert de Morgane Ji, c´est le temps suspendu, une voix hypnotique qui ne vous lâche pas, une véritable générosité... à vos agendas !

* in "Notes sur André Gide, Roger Martin du Gard, Gallimard, 1951"

Tahitiansunset

En savoir + sur Morgane

+Lire la suite

Reportages

Le 25 janvier 2010

Umqombothi Kabar

« Quand la Pantsula rencontre le Maloya »
Via Katlehong (Afrique du Sud) / Lindigo (Réunion)
Résidence de création – 1ère étape - Centre de Moringue de Sainte Suzanne

Dix sept artistes, se retrouvent chaque jour à Sainte Suzanne pour créer un spectacle inédit où la danse sud africaine « pantsula » rencontre le maloya.
Du 11 janvier au 29 janvier 2010, les lundis, mardis, jeudi de 9 à 12h et d e14h à 17h, les mercredis de 14h à 17h, les vendredi de 9h à 12h. Restitution publique vendredi 29 après midi.

Depuis ce lundi 10 janvier, le Centre de Moringue de la Marine accueille la première résidence artistique du spectacle UMQOMBOTHI KABAR. Ce spectacle dont la création est soutenue et programmée pour le mois de mai 2010 au Théâtre de l’Onde et au Parc de La Villette rassemblera dix sept artistes, neuf danseurs de la Compagnie internationale sud africaine VIA KATLEHONG et huit musiciens réunionnais du groupe LINDIGO. Ce projet musical et chorégraphique de coopération régionale artistique initié en octobre 2008 au sein de l’opération « I LOVE JOZI » à Saint Leu puis au mois de mai 2009 à l’occasion de l’opération « Saison réunionnaise en Afrique du Sud » à Johannesburg mettra en scène pour la première fois musique maloya et danse Pantsula. C’est aussi la rencontre de deux histoires fortes du peuple noir qui ont traversé tour à tour l’oppression et dont les expressions artistiques appelées sur ce projet en furent à un moment l’exutoire et une forme de libération.

Ce projet est coproduit par le Séchoir, le Kabardock, l’Institut français d’Afrique du Sud, le Parc de La Villette, le Théâtre de l’Onde, est soutenu par le Département, la Région, la Drac et le Fonds pour la coopération régionale. Production déléguée Damien Valette & JLLJ’s prod.

En savoir + sur Lindigo

+Lire la suite